Reportages Boxs

Visite à CrossFit Bordeaux

Arrivée à Crossfit Bordeaux vers 18h45, la salle fermant à 21h. Nous sommes restés jusqu’à 22h30, merci à eux d’avoir prolongé leur journée pour que je puisse profiter au maximum de la visite (je venais de Poitiers).

Je m’attendais au départ à voir une grande enseigne avec marqué Crossfit Bordeaux, en réalité, de l’extérieur, on croirait à des bureaux d’affaire.
La zone est calme, il y a simplement devant l’entrée un drapeau flottant, et une petite bannière au dessus de l’entrée, avec inscrit Crossfit Bordeaux (de nuit je ne l’avais pas vu en arrivant).
Il semblerait que le bouche à oreille suffise largement à remplir de plus en plus la salle , car ils comptent désormais 70 membres, dont 10 femmes.
Leur seuil de rentabilité est atteint, mais ils ne se versent pas encore de salaire pour le moment.

Une fois la porte d’entrée passée, là par contre plus de doute, une vraie salle comme on pouvait s’y attendre en ayant vu pendant des années les vidéos de salles aux USA.
Au premier abord, elle m’a semblé plus petite que ce que je pensais, elle fait 24m de longueur, pour une dizaine de mettre de largeur.
Mais finalement, la répartition des équipements est telle que la salle est largement assez grande. Cela renforce d’autant plus le côté cohésion entre membres, bien plus qu’une salle qui serait répartie sur plusieurs niveaux/pièces.
Ce qui m’a marqué le plus au premier contact, c’est le style graphique de la salle, que j’ai trouvé excellent: l’aspect garage, mélangé à des couleurs vives, tags sur les murs pour les wall-ball shots, enseigne Crossfit Bordeaux peinte au mur, et au sol l’imitation des rangées de sprints.
Côté matériel, la liste est longue:
– 4 rameurs concept 2.
– 1 dizaine de barres olympiques + des poids de 20/15/10/5/2.5/1.25, vraiment agréables à manipuler, facilement reconnaissables par leur taille.
– 1 banc à GHD.
– 1 petite dizaine de wall-ball de 10kg (norme européenne, différente des 9kg/20lbs aux états-unis).
– 10m de barres fixes (vraiment agréables à utiliser), servant également d’attache pour les anneaux/ring dips.
– Au centre, une attache au plafond avec anneaux pour les muscle-ups. Lorsque durant un metcon plusieurs doivent les utiliser, ils font le metcon à tour de rôle.
– Idem pour la corde (3m) attachée également au plafond. Lors des metcons ils en font faire 2 montées, la hauteur officielle étant 6m.
– 1 vingtaine de kettlebells.
– 3 bancs pour développé couché, ils se servent des cages à tractions pour fixer les repose barre.
– Un gros pneu.
– Des haltères.
– Des swiss balls.
– Des stations à box jumps de 40 et 60cm.
– Plusieurs sacs fabrication maison, idem pour le sac bulgare.

J’oublie surement certaines choses, mais tout ça pour vous dire que rien ne manquait, tout est réalisable dans cette salle.

Egalement, vous verrez sur le planning horaire, que les séances femmes sont séparées de celles des hommes, il y a des créneaux à part, en milieu de journée.
Deux raisons à cela:
– Tout d’abord, pour les mettre à l’aise au premier abord, car il y a une grande majorité d’hommes.
– Egalement, et cela m’a surpris, c’est qu’en France, de part leur expérience durant les premiers mois d’ouverture, ils ont constaté que les femmes françaises n’accrochaient pas au concept Crossfit = se donner à fond et rentrer dans la zone rouge de l’effort.
Résultat, les cours pour femmes s’orientent désormais beaucoup plus fitness, du Crossfit aménagé en quelques sortes. Ceci afin de ne pas les rebuter.
J’espère qu’avec le temps les mentalités changeront, avec la future publicité de reebok pour la discipline notamment, d’autant plus qu’aux Etats-Unis cela fonctionne, donc il n’y a pas de raison qu’en France ça ne marche p