L’index glycémique : le mythe sucres lents et rapides

Julie 23 avril 2016 0
L’index glycémique : le mythe sucres lents et rapides

Merci à MOLLARD Claire Coach et diététicienne à CrossFit Valence de nous avoir partagé un résumé de ses conférences sur la glycémie. Cette suite d’article se veut facile à comprendre pour que chacun puisse prendre conscience de l’influence qu’a l’alimentation sur l’organisme. Du fait de la concentration extrême d’informations pour ce format, nous vous donnerons des références en fin d’articles.

Première partie : Le mythe sucres lents et rapides
Deuxième partie : Insuline et pancréas
Troisième partie : Récapitulatif et outils
Quatrième partie :  Mise en pratique, organisation et idées de menus

Introduction

Avant tout, il faut savoir que pour vivre notre corps a absolument besoin d’énergie, notamment de « glucide », c’est à dire de sucre.

La principale forme sous laquelle ce sucre est transporté et utilisé dans notre organisme est le glucose. C’est lui que nos cellules dégradent pour fournir de l’énergie la plupart du temps.

Même si d’autres sources d’énergie telles que les graisses peuvent êtres utilisées, nous avons besoin de glucose car certaines de nos cellules sont incapables de vivre sans, on les appellent « glucodépendantes » (celles du cerveau par exemple). Il existe plusieurs formes de glucides, les simples qui ont la plupart du temps un goût sucré, et les complexes qui n’ont quasiment jamais de saveur sucrée.

Sucres lents/sucres rapides, d’où vient l’erreur ?

Avec les conseils «d’avant» sur la consommation de glucides, les sucres rapides étaient ceux ayant un goût sucré et les sucres lents les autres, à savoir les féculents (leur nom vient probablement de là).

Les féculents sont simplement de grandes « chaines » de molécules de glucose reliées entre elles. C’est cette forme qui avait amené les scientifiques à déduire que les féculents devaient être long à digérer puisqu’il fallait «casser» les chaines avant de pouvoir utiliser le glucose à des fins énergétiques.

amidon-glucose

Or nous savons désormais que l’enzyme qui «casse» ces chaines et permet leur digestion est dans la salive (amylase salivaire) ! Ce qui signifie que quand les féculents arrivent dans l’intestin, ils sont déjà découpés en glucose, et donc absorbés aussi vite que des soit disant « sucres rapides ».

vitesse d'absoption des sucresucres

Ce graphique nous montre qu’à partir de la prise d’un aliment contenant du sucre sous quelque forme que ce soit, il y a une différence de seulement 5 minutes par raport à leur apparition dans le sang sur 3 heures de digestion.

Autre concept du mythe « sucre rapides et sucres lents » c’est le temps que les glucides mettent à disparaitre de l’estomac, qui est en effet variable, qui a été pris en compte plutôt que le temps nécessaire au glucose pour apparaître dans le sang.

La suite

Dans la prochaine partie Claire vous explique comment l’organisme régule le sucre et quel est sa relation avec la prise de poids.

Une petite info en passant : « Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire par un taux trop élevé de glucose (sucre) dans le sang. »

Attention Spoils ci-dessous !

Manuel d’anatomie et de physiologie humaine de TORTORA et DERRICKSON
Article sur le même theme par montignac.com
Qu’est-ce que l’index glycémique par Thierry Souccar
Nutrition de l’endurance, Dr Hugues DANIEL et Dr Fabrice KHUN
Le model paléo de Marc SISSON
Cours de diététique (formation au service diabétologie / Grossesses à haut risque CHU Grenoble, hôpital Mère/enfant)
Définition du diabète de type2 par passeportsante.net
Article Crossfit et diabète par fuck-genetics.fr.

Commentaires »