L’entrainement des champions : suivez le guide

Julie 20 septembre 2013 0
L’entrainement des champions : suivez le guide

Traduction de l’article : « Train like a champion : Technique, Habits and Positivity »

Auteur : Greg Everett sur le site http://www.catalystathletics.com

 

Probablement la pire erreur, c’est lorsque que je vois les gens avoir si peu d’investissement pour améliorer leur technique dans leur séances d’entrainement. Avec la facilité d’accès à l’abondance d’information concernant les techniques d’haltérophilie aujourd’hui, il est facile de passer des heures à chercher, lire et s’interroger sur la technique, son entraînement, les exercices correctifs et les sujets qui en découlent. Pourtant lorsque le temps est venu d’appliquer ses informations, les athlètes négligent souvent ce qui est nécessaire.

Apprendre les techniques d’haltérophilie ce n’est pas difficile. Oui, cela prend du temps, un peu de réflexion et idéalement un bon coach. Mais enseigner les fondamentaux est relativement aisé ; les difficultés rencontrées sont couramment  liées à un manque de mobilité ou de blessure que de l’habileté réelle. Ce qui est vraiment difficile c’est de ré-apprendre _ c’est démesurément plus difficile d’enseigner une technique correct à un athlète qui a appris et pratique déjà des mouvements techniquement peu propres qu’à une personne n’ayant aucune expérience du tout. Et c’est le cas de beaucoup d’entre vous tant que vous creusez sur internet. Prenez le conseil des coachs et bossez votre technique que j’ai décrit au commencement.

J’aime beaucoup l’avis de Tommy Kono : « la pratique ne rend pas parfait ; la pratique donne des habitudes ». L’idée que pratiquer quelque chose  est la garantie de le faire correctement est un non-sens. Vous vous entraînez simplement à faire quelque chose exactement dans la forme où vous le faites. Si vous ne prêtez pas attention à exécuter chaque répétition du mieux possible, vous ferez pire encore en automatisant un geste mal exécuté.

Si vous vous entraînez depuis une paire d’années, vous avez dû effectuer des milliers de répétitions de n’importe quel exercice commun donné. Je trouve fascinant ces athlètes qui emploierons un exercice correctif pour peut être 30 répétitions au total et seront choqués de ne pas avoir résolu leur problème technique. Ils abandonnent alors cet exercice car il ne fonctionne pas, et passent à autre chose, qui étonnamment, ne fonctionne pas non plus dans les 30 répétitions. Faites cela pendant un mois et vous pourrez rapidement épuiser la liste des exercices correctifs sans n’avoir fait aucun progrès du tout.

Tout cela veut dire que vous pouvez tout à fait corriger des mauvaises habitudes de longue date très rapidement à mon avis. Quelque semaines d’entraînements pour corriger cinq années de pratique, pour moi c’est vraiment un délai trop bref et ce n’est pas surprenant. Mais pour un athlète ces quelques semaines peuvent paraître une éternité, et les changements progressifs ne seront pas perçus pendant ce temps. C’est comme parler aux gens de la perte de poids – ils se regardent dans la miroir chaque jour, ne voient aucun changement et se découragent. Mais les amis et la famille qui ne les voient qu’occasionnellement remarquent des changements spectaculaires. C’est l’un des avantage d’avoir un coach _ il ou elle sera le plus à même pour percevoir l’évolution et peut aider à vous rassurer que le travail dans lequel vous investissez paie. (D’autre part, il ou elle peut vous aider à vous décider si quelque chose ne marche vraiment pas et trouver une nouvelle solution)

Changer sa technique nécessite d’être vraiment concentré ainsi que des efforts constant. Si vous tentez de changer une habitude, vous ne pouvez pas la reléguer dans un coin de votre entrainement puis l’oublier pour les suivants. Chaque chose lié au problème doit être faite de la manière qui renforcera ce que vous essayer d’accomplir. Un bon exemple de cela, parce qu’il est quelque chose que  je pense faire constamment dans ma propre salle de sport, c’est la position  au dessus de la tête (overhead). Un athlète avec une épouvantable position d’overhead à qui je donnerai beaucoup d’exercices correctifs spécifiques et de soutient fera le travail que je lui aurai prescrit, mais n’appliquera rien lorsqu’il réalisera un arraché ou un jeté pour donner de l’efficacité au mouvement. L’athlète qui laissera tomber sa barre à l’arraché ou au jeté avant même d’avoir terminé le mouvement ou s’échauffera au jeté qui sans être fixé dans la bonne position d’overhead doit comprendre l’absolue nécessité de toujours rester en tension sous la barre et de ne pas la lâcher au dessus de sa tête.

Chaque fois que vous le ferez sera une occasion de vous améliorer si vous vous appliquez. Ne venez pas vous entraîner dans l’intention de détruire votre travail correctif : vous tournerez en rond, vous fatiguerez et n’irai nul part. Toujours dans l’exemple du overhead, comme il est probable que votre planning est plein, ne rien faire de plus que tenir la barre une ou deux secondes de plus avant de la relâcher et rester sous tension que ce soit à 20kg ou à 150kg, multipliera le volume de votre pratique sans ajouter de répétitions ou d’exercice à votre entrainement.C’est une chose si simple et efficace à faire que je trouve stupéfiant d’avoir à le répéter.

Nous pouvons classer les corrections comme des conseils ou des exercices. D’abord par la voix, se remémorer ou entendre son coach avant ou pendant un mouvement ; Ensuite effectuer des exercices correctifs voire semi-techniques pour vous aider à faire un mouvement propre. Cela pourrai être un exercice à part, mais pour simplifier, je trouve que cette correction est plus efficace en usant d’exercices plutôt que d’explications et d’exemples. Le cerveau est probablement le plus gros souci en haltérophilie. L’entrainement par exercice isole l’élément que nous souhaitons correct, nous pouvons aisément sortir le cerveau de l’équation et avoir plus de résultats. En fin de compte les athlètes doivent ressentir le mouvement approprié pas seulement comprendre le concept. Avec ce type de formation, ces conseils de référence que les athlètes ont pratiqué sont aussi plus efficace.

Pour la plupart, les athlètes devraient se concentrer sur la technique dans le but d’être complètement aligné pendant ces exercices, mais la minimise lors de l’exécution de mouvements classiques que nous tentons d’améliorer. Cela ne veut pas dire que ne pas faire attention à la technique est payé à l’arraché et à l’épaulé-jeté, cela veut juste dire que l’athlète devrait mettre plus d’exercices correctifs dans son travail et aussi moins d’énergie pour les exécuter qui pourraient être mis dans l’agressivité et la production de puissance. Les habitudes sont le fruit de la pratique, intentionnellement ou pas. Une mauvaise habitude est le produit d’une pratique que vous ne devriez pas faire. Cela peut être n’importe quoi comme mettre votre poids trop en avant durant l’arraché. C’est vraiment difficile de simplement dire stop à quelque chose d’habituel – Vous aurez plus de succès à remplacer une mauvaise habitude par une bonne, plutôt que d’arrêter quelque chose. Il est plus efficace de s’entraîner à faire ce que vous voudriez à la place. Dans quelques cas il est impossible d’arrêter certaines réactions – la seule solution est de surtout faire autre chose. Par exemple si vous avez l’habitude de lâcher votre barre au jeté trop prématurément, la seule solution est de la garder en overhead plus longtemps ; il ne sera pas alors facile de la lâcher trop tôt.

Lorsque vous effectuez un exercice correctif et tentez de mettre en application les éléments donnés, soyez toujours concentré sur ce que vous devez faire, jamais sur ce que vous ne devriez JAMAIS faire. De plus, ne faites pas l’erreur de vouloir corriger trop de chose en même temps. Ma règle est que vous pensez à une chose avant et une autre pendant le mouvement. Exemple : Priorité au tirage, vous devez penser à la tension généré en posture de départ avec vos bras relâchés ; puis lorsque vous démarrez le tirage concentrez vous à maintenir une pression sur les talons lorsque la barre est en chemin vers vos hanches. Si vous réfléchissez à plus que ça vous risquez de vous déstabiliser. Vous aurez bien plus de succès à corriger une seule chose que cinq à la fois.

C’est bien sur l’un des nombreux avantages d’avoir un bon coach – Votre coach peut gérer ces priorités et vous remettre en tête ce dont vous avez besoin pour n’importe quel mouvement. J’essaye de donner à mes compétiteurs seulement un ou deux conseils pour chaque tirage, dans l’ordre d’exécution  pour minimiser les confusions. J’essaye aussi de garder ces même conseils pour la séance d’entraînement complète plutôt que d’essayer de changer quelque chose de différent à chaque série ( ce qui n’est pas toujours possible, bien sûr). Je suis certain d’avoir parfois été coupable d’avoir saouler mes athlètes. Je fait de mon mieux pour consciemment limiter le nombre de mot que je dis.

Finalement, il est important de reconnaître l’importance de l’engagement dans un comportement et une attitude positive plutôt que négative. Je veux dire dans cette  nouvelle optique rendant positif ce que vous faites. Mais dans le sens de faire activement quelque chose plutôt que de ne rien faire. Au lieu de penser comment votre habitude stupide de jeter votre barre au jeté trop tôt et souhaitez ne pas obtenir de no-rep, créez une nouvelle habitude de garder votre barre tout au long de votre jeté et une seconde de plus une fois au dessus de la tête. Cela n’améliorera pas seulement votre mouvement, mais cela améliorera votre attitude et votre expérience de l’entrainement. Vous pouvez cesser d’aggraver ce terrible échec de l’haltérophilie que vous êtes, et au lieu de cela être fier et sentir la satisfaction de votre dur travail pour vous améliorer. Nous n’avons pas besoin de nous tenir la main, mais je ne peux pas souligner davantage comment la critique positive, active et la mentalité engagée est le succès dans tout, particulièrement quelque chose comme l’haltérophilie, avec souvent des heures et des heures d’entrainements monotones et brutaux pendant une année pour seulement une poignée d’occasions de manifester et jouir de ses effets.

Les Champions et les personnes fructueuses dans toutes les arènes sont les seules qui comprennent ça, ils sont désireux de me mettre du temps et de l’énergie dans toutes les minuties que les individus lambda ne remarquerons jamais ou ne se soucierons pas. Le champion sait que tout ce qu’il ou elle fait est important et affecte les performances, il ne met jamais en doute le besoin de faire chaque répétition, chaque action de façon positive et vise l’amélioration.

Commentaires »