Le snatch Crossfit mutant, comment le corriger ?

Julie 27 septembre 2013 0
Le snatch Crossfit mutant, comment le corriger ?

Dans la continuité de l’article « L’entrainement, des champions suivez le guide »  Voici une traduction d’un texte à l’intention des CrossFiteurs.

Auteur : Matt Foreman
Article : « How To Fix Disgusting Mutant Technique »
http://www.catalystathletics.com

Nous parlions de construire une bonne technique dans mon précédent article, et j’ai utilisé l’expression « la technique dégueulasse d’arraché CrossFit mutante » pour décrire ce à quoi vous ressemblez quand vous exécutez mal les mouvements olympiques. Je suis content que tout le monde ait compris ce que j’ai dit, et pourquoi je l’ai dit. Évidemment, je n’ai pas fustigé le CrossFit. Si qui que ce soit a pris cela dans ce sens, il m’a mal compris.

Beaucoup de gens pratiquent l’haltérophilie avec une sale technique. Dans le CrossFit, c’est commun (et compréhensible) à cause du plus-grand-nombre-de-rep-aussi-vite-que-possible qu’est la nature des WODs. Technique et précision ne sont pas les objectifs dans cette situation. Seulement, le mouvement est souvent négligé. La plupart des crossfiteurs avec lesquels j’ai travaillé sont totalement conscients de cela. Et ce n’est pas seulement une altération particulière du CrossFit. Nous voyons de mauvaises techniques partout.

Heureusement, beaucoup de gens décident de changer cela. Parfois ils décident de devenir compétiteur d’haltérophilie, et ils savent qu’ils vont devoir maîtriser les techniques d’arraché et d’épaulé jeté pour réussir. D’autres personnes ne veulent pas concourir, mais ils veulent toujours affiner leurs mouvements car ils savent que cela aidera leurs performances dans d’autres sports. Et il y a les gens qui veulent améliorer leur technique simplement parce qu’ils veulent faire ce satané tirage correctement.

Lorsque les athlètes prennent cette décision, ils recherchent généralement un expert spécialisé dans les mouvement Olympiques pour travailler avec eux. C’est comme appeler un électronicien pour réparer vos appareils ménagers. C’est le bon choix pour résoudre votre problèmes. APPELEZ UN PROFESSIONNEL ! Si vous demandez à un coach inexpérimenté de restaurer votre technique, cela revient à demander à votre père ou à votre mari de réparer votre lave-vaisselle cassé. Papa est probablement un mec habile, et il pense bien faire, mais réparer les machines à laver ce n’est pas sa spécialité. Il rafistolera probablement un truc avec un autre grâce à du ruban adhésif, de la colle ou alors un autre procédé sale et temporaire qui ne « répare » pas vraiment le problème. Il retarde juste la catastrophe un certain temps. N’oubliez pas, nous parlons toujours de votre technique aux mouvements Olympiques. Et vous ne pourrez pas corriger quoi que ce soit de cette façon. Vous pouvez mettre du sirop sur une merde, mais cela n’en fera pas un pan-cake.

Si vous voulez vraiment obtenir cette perfection, rangez votre fierté et appelez un pro pour prendre soin de vous. Si papa est un gars sympa il comprendra que ce n’est pas un gifle à son égo ou à son habilité. C’est juste du bon sens. Laissez moi vous donner la meilleure méthode pour corriger un athlète avec une technique merdique.

  • Étape N°1 : Laissez la barre de côté et apprenez au tireur le bon mouvement. C’est plus difficile que ça en a l’air, mais ce doit être fait. Vous devez repartir de zéro. Oubliez le poids et concentrez vous complètement sur le bon mouvement. Les bons athlètes l’apprendrons vite, et les moins bon devrons prendre un peu plus de temps.
  • Étape N°2 : Forcez l’athlète à passer beaucoup de temps avec des poids légers car ils commencent tout juste à mémoriser le mouvement dans la forme appropriée. Si vous faites l’impasse sur l’étape une et que vous laissez les athlètes tenter des maxis trop vite, ils vont vite retourner à leur ancienne technique mutante. L’athlète doit absolument travailler avec des poids légers à modéré pour prendre le temps de solidifier l’enseignement de l’étape une.
  • Étape N°3 : Laissez les athlètes ajouter lentement et graduellement du poids sur la barre, mais surveillez les et assurez vous que ce soit fait comme il se doit. Si vous voyez la technique mutante pointer le bout de son nez, faites marche arrière et recommencez correctement.

Comment savoir que l’athlète doit aller à l’étape 2 ? Et combien de temps doit-il pratiquer l’apprentissage avant d’ajouter du poids à l’étape 3 ? Cela dépend de l’athlète, bien sûr. Je vais vous donner l’exemple du cas réel d’un pratiquant que je coache en ce moment. Cet athlète arrachait 103kg avec sa technique mutante lorsque nous avons commencé à travailler ensemble.
– Nous venons de passer la première étape en quelques entraînements, et nous avons obtenu un mouvement correct et fixé. – Je lui ai dis qu’il ne pouvait pas dépasser 70kg pendant un mois, se concentrant uniquement à intégrer et fixer la technique établie.
– Après un mois d’entrainement autour de 70kg, nous avons augmenté à 75-80 pendant 6 semaines, régulièrement on contrôlait que le mouvement était toujours bon.
– Il a suivi le plan, puis nous avons augmenté à 85-90kg pendant un mois. Sa technique était correcte et efficiente. Aucune trace du retour du vieux mutant.
– Nous avons passé quelques semaines avant sa première compétition en tirant autour des 95-100kg. Pendant ce temps, sa technique était sous contrôle et les mauvais tirages ont été rares.

– Nous sommes allé à sa première compétition d’haltérophilie et il a arraché 103kg qui correspond au record de sa technique mutante. Mais les 103 kg ont été propres, corrects et vifs. Maintenant nous avons atteint un point ou l’athlète qui s’est entraîné de plus bas retrouve ses performances maximales de sa vieille technique mutante, mais cette fois correctement. Et il y a deux nouveaux avantages :
1)Risque moindre de blessure.
2)L’occasion pour l’athlète de d’aller bien au delà de ses anciens records. C’est vraiment le but de tout cela. Les performances maximales sont limités par la technique mutante, tout le monde le sait. Mais avec une technique réparée, nous avons une marge de 5 à 10 kg de plus dans les premiers mois.

CA MARCHE ! Mais il y a deux choses à garder à l’esprit.
1)Le bricoleur ne sait pas comment enseigner le mouvement correctement durant la première étape.
2)L’athlète n’a pas la discipline pour se retenir de charger la barre, ni confiance dans le processus de l’étape n°2. Au lieu de se forcer eux même à travailler avec des poids légers pour développer leur technique, ils perdent patience et retournent à leur max constamment.

C’est un sacré challenge. Vous devez voir cela comme un projet à long terme et vous ne devez rien bousculer. Si vous êtes désireux de vous jeter à l’eau et le faite, cela changera toute votre carrière. Si vous ne le désirez pas, vous devrez juste rester le roi/reine des Mutants. Ce n’est pas ce que vous voulez, n’est-ce pas ? être la super attraction du cirque ? Je ne pense pas. Prenez un rendez-vous avec un haltérophile professionnel de votre entourage, et dites-lui d’apporter sa boite à outils.


Commentaires »