Interview de Jason Khalipa

17 mars 2012 0
Interview de Jason Khalipa

Aujourd’hui nous vous présentons la traduction d’une interview très intéressante de Jason Khalipa publiée hier, où il nous parle des Crossfit Games de cette année, des metcons qui y sont présentés, des autres concurrents, ainsi que de son entrainement. Bonne lecture !

Interview : Jason Khalipa, champion 2008 des Crossfit Games

Dans un sport comme le crossfit, pour lequel le niveau de participation s’élève de manière exponentielle, on n’a pas souvent l’occasion de rencontrer quelqu’un qui était là depuis le début.

Jason Khalipa, cependant, peut se targuer d’être un des athlètes crossfit depuis les origines de la discipline.

Non seulement cet athlète de 26 ans apprend le métier depuis 5 ans, mais il est aussi l’une des cinq personnes seulement à avoir été couronné « homme le plus en forme sur Terre ».

En 2008, Khalipa est entré dans l’Histoire quand il remporta le titre aux Crossfit Games, ce qui fut l’une des expériences qui changea le plus sa vie.

A l’époque, il n’y avait pas de gros sponsors, pas de vrais gains monétaires et on était très loin du compte en termes de nombres de participants comparé à nos jours.

Avec 4 années d’expérience supplémentaires derrière lui, Khalipa s’est fixé comme but d’être le premier compétiteur à remporter l’épreuve une 2ème fois.

Entamant la 4ème semaine des Open des Reebok Crossfit Games 2012, Khalipa est 15ème au classement général et prouve à tout le monde qu’il est une force dominante.

Cette semaine, The RX Review s’est entretenu avec le Champion 2008 pour en savoir plus sur sa façon de se préparer à l’événement de cette année, dans quelle mesure ce sport a évolué au cours de sa carrière et qui il pense être ses rivaux principaux cette année.

Alors Jason, que pensez-vous des Open de cette année, jusqu’à présent ? Et comment avez-vous trouver les épreuves ?

Je suis très content des Open. Je trouve que les épreuves étaient fantastiques prises individuellement mais encore plus quand on les regarde comme un test sportif complet et cohérent.

Le premier était engageant, je l’ai beaucoup apprécié. Le second était plus challengeant et le troisième fut une trilogie standard. Je les ai donc vraiment aimés, c’étaient de très bonnes séances.

Qu’espérez-vous comme dernière épreuve ?

Peu importe l’épreuve, je vais tout déchirer ! Vous savez, les Open, c’est amusant, et c’est un bon moyen de jauger où vous en êtes et de se préparer aux épreuves régionales.

Je ne change donc rien à ma façon de m’entraîner, je m’entraîne comme d’habitude. Je ne prends pas de jour de repos, je me lance dans simplement dans l’épreuve, peu importe ce que c’est, et je me défonce… et puis je vois où ça me mène.

Une épreuve de 2 exercices serait bien, pareil pour 3 exercices, quelque chose de simple et qui soit un standard du crossfit, c’est ça qui me ferait plaisir.

Cette année, on a eu quelques surprises en ce qui concerne les meneurs du classement, tant chez les hommes que chez les femmes. On a vu des athlètes avec très peu d’expérience en Crossfit se frayer un chemin jusqu’au top10.

Vous pensez qu’on verra plus souvent ce genre de chose dans le futur ?

Personne ne pourra jamais quitter son canapé et, un an plus tard, participer aux crossfit games. Mais je pense qu’il y a dans le monde du football (américain), des gens qui se sont entraînés à haute intensité pendant des années et qui ont développé des compétences pour cette forme de sport qu’est le crossfit. Quand ils se mettent au crossfit, ils comprennent très vite de quoi il retourne et, en un an ou deux, ils peuvent obtenir de bons résultats.

Mais on ne peut être sûr de rien ! Vous savez, cela prend beaucoup de temps pour développer les aptitudes que requiert le crossfit. Même si vous êtes footballeur et que vous avez une bonne base sportive, cela prendra du temps pour continuer à développer ces compétences uniques que seul quelqu’un qui a participé aux Crossfit Games et a passé 5 à 10 ans de sa vie à les améliorer, peut avoir. Parce qu’il y a tellement de compétences différentes qui entrent en ligne de compte, alors qu’un footballeur n’en travaille qu’une ou deux.

Je pense donc qu’on va voir de plus en plus de gens sortir du bois, mais ce sera pourtant les même visages que nous verront tout en haut du classement parce que nous avons travaillé très dur pendant des années pour développer notre niveau athlétique à tous les niveaux.

La plupart de ces nouveaux participants ont travaillé les spécificités de leur sport, alors que, comme le signifie le nom de notre discipline, il faut tout travailler.

Vous pensez donc que quelqu’un comme Josh Golden, qui est actuellement en 2ème position alors qu’il n’a qu’un an d’expérience dans le crossfit, ne peut pas gagner le tournoi de cette année ?

Je ne sais rien de Josh Golden. Enfin, je sais qu’il se débrouille bien dans les Open… Mais je pense que les Open ne sont qu’un exemple. Si l’on sait que quelqu’un est bon en burpees, en snatches et sur un metcon très général, ok… mais c’est tout ce qu’on sait de lui, rien de plus. Alors dire que cette personne sera bonne durant les Games, c’est un peu prématuré.

Les Open sont un bon test mais c’est aux Régionales qu’on peut voir quelles sont les personnes qui tiendront le choc. Comment se débrouilleront-elles avec plusieurs séances chaque jour ? Comment se débrouilleront-elles quand elles seront hors de leur élément ? En dehors de leur salle habituelle sans quelqu’un pour leur dire quoi faire et à quel moment. C’est là que tous les autres facteurs entrent en jeu !

Alors oui, ces personnes sont peut être super en forme, et peut-être même plus que ceux qui iront jusqu’aux Games, mais tout se décide au moment des Régionales et des Games qui sont un tout autre environnement ! Alors je suis curieux de voir comment chacun s’en sortira !

Qui pensez-vous être vos rivaux principaux cette année ?

Rich Froning et Dan Bailey, sans aucun doute. Mon partenaire d’entraînement Neal Maddox et moi tenons ces types bien à l’œil. Ce sont eux qui posent les standards pour le moment et ce sont eux que nous devons battre.

Vous vous entraînez aussi avec Pat Barber en ce moment, n’est-ce pas ?

On s’entraîne ensemble occasionnellement seulement. Nous travaillons ensemble, mais c’est avec Neil que je m’entraîne tous les jours.

Plus personnellement, comment vous préparez-vous pour chaque épreuve ?

Ma mentalité est la suivante : Je ne laisse pas les Open me dicter mon entraînement et je ne refais pas les épreuves.

Par exemple, j’ai fait l’épreuve de l’Open jeudi. Le jour d’avant, j’avais marché un mile en tirant 300 livres derrière moi.

Franchement, refaire les mêmes choses continuellement en cherchant à atteindre mon meilleur score, est-ce que ce serait vraiment bénéfique pour moi ?

Ce que j’essaie de faire, c’est de continuer mon training et je vois comment je me débrouille aux Open. Et jusqu’à présent, j’en suis vraiment très satisfait.

Quelle épreuve avez-vous trouvé la plus dure ?

Les burpees m’ont affecté plus que je ne m’y attendais, parce qu’il y a eu beaucoup de gens qui ont été capables d’en faire tellement plus que moi en 7 minutes, ça m’a méchamment largué.

J’ai fait 5ème mondial aux snatches, et je crois que je suis quelque chose comme 30ème dans la dernière épreuve, mais le problème est que je n’ai fait que 330ème aux burpees. Ça m’handicape un peu, vous voyez…

Mais bon, les choses sont ce qu’elles sont et on verra si on en est toujours là la semaine prochaine (rires).

Remontons un peu dans le temps, vous avez gagné la compétition en 2008, qu’avez-vous éprouvé à être couronné « homme le plus en forme sur Terre » ?

Au moment même, j’en ai beaucoup ri parce que je ne pouvais pas croire que j’étais passé de « m’entraîner avec des potes dans une petite salle » à « gagner la compétition ».

C’était tellement incroyable que je ne pouvais qu’en rire. Sur la route, en rentrant chez moi, je ne parvenais même pas à comprendre comment cela avait pu se produire.

Puis, avec le temps, je me suis intégré de plus en plus dans la communauté et c’est une bonne chose. Ca a vraiment été le début de mon aventure Crossfit. A cette époque, je ne savais pas à quel point ce serait important pour moi. Mais quand j’y repense maintenant, ça a été un énoooorme moment dans ma vie et cela a tracé ma voie.

4 années ont filé et le Crossfit a maintenant un sponsor majeur, un chèque de 250.000 $ pour chaque vainqueur individuel et une publicité mondiale. Etes-vous heureux de la direction que prend ce sport ?

L’argent et tout ça, c’est une bonne chose. Mais je pense que le mieux dans cette histoire, c’est que cela rameute un tas de types et qu’on peut se mesurer aux meilleurs des meilleurs des meilleurs. C’est ça qui est excitant, on embarque des sponsors qui ont les ressources pour impliquer et attirer du monde dans notre sport, le faire croître à travers le monde. Et c’est juste formidable de voir cette croissance et la valeur que cela ajoute au Crossfit.

Par le passé, nous avions à peine quelques centaines de participants. Maintenant, on en a 70.000 !

Et si on en est arrivé là, c’est uniquement grâce au fait que, primo, le Crossfit est un programme phénoménal et, secundo, grâce à l’aide et aux ressources de Reebok.

Pour finir, comment avez-vous découvert le crossfit ?

C’est Austin Begiebing, qui possède maintenant Crossfit Milpitas, qui m’a présenté le crossfit quand je travaillais dans une salle de sport conventionnelle. Et vous savez quoi ? Il m’a fallu un moment avant d’être convaincu que le Crossfit était pour moi. Mais une fois que j’en ai été convaincu, je n’ai plus jamais rien considéré d’autre.

Le crossfit, c’est fantastique. Tout le monde devrait le pratiquer !

Source: http://therxreview.com/interview-jason-khalipa-2008-crossfit-games-champion/

Traduction: Oliviermtd

Commentaires »