FASTING #3 : la diète du guerrier

9 octobre 2013 19
FASTING #3 : la diète du guerrier

Nous voilà au terme de cette mini-série d’articles sur le jeûne intermittent. Attardons nous aujourd’hui sur un protocole très efficace : la Warrior Diet.

Encore une nouvelle « diète » hype ?

Pas du tout ! La Warrior Diet a été mise au point par Ori Hofmekler, ancien militaire de formation. Ce principe, basé sur un jeûne quotodien de 20h et une période d’alimentation de 4h, vise à reproduire le schéma alimentaire de l’élite romaine d’antan : on mange frugalement le « crudus » la journée et on se sur-alimente le soir lors de la « cena ». Ce protocole reproduit également à la perfection la journée type de nos ancêtres du paleolithique qui partaient chasser la journée à jeûn (boulot/entraînement pour nous) et qui festoyaient le soir avec la nourriture acquise le jour. Pourquoi ne manger toutes ses calories journalières que sur un seul repas ? Il y a bien évidemment une réponse à cette question, avancée par l’auteur :

 » Notre système nerveux, qui commande toutes nos fonctions biologiques, volontaires comme involontaires, se divise en deux sous systèmes :

1. Le système sympathique, principalement actif le jour, qui nous tient éveillé et dirige notre énergie vers notre activité volontaire.

2. Le système parasympathique, principalement actif la nuit, qui dirige notre énergie vers diverses activités inconscientes dont la digestion.

– Les deux systèmes fonctionnent en parallèle, mais de façon inversement proportionnelle l’un par rapport à l’autre. C’est à dire qu’à un moment donnée, notre énergie est dirigée soit par le système sympathique, soit par le système parasympathique. Celle qui est dirigée par le système parasympathique n’est plus disponible pour le système sympathique et inversement.

– La journée nous aurions intérêt à laisser notre système sympathique diriger un maximum d’énergie. Pour ce faire, nous aurions tout intérêt à ne pas le contrarier en faisant massivement appel à des fonctions régies par le système parasympathique comme la digestion. D’où l’idée de se sous alimenter la journée et de se suralimenter le soir en sachant que le système parasympathique va prendre le relais durant la nuit. « 

En bref, on se sous-alimentant la journée, nous laissons à notre corps le temps de se « détoxifier », tout en ingurgitant les enzymes et vitamines nécessaires via les fruits et légumes. Puis lors du repas, on fait le plein de nutriments toujours, et de micro-nutriments nécessaires à chacun (protéines, glucides, lipides).

Comment ça marche ?

C’est, encore une fois, très simple ! La journée ne sont autorisés que les beuvrages non-caloriques (café, thé, eau, infusion) et les aliments riches en nutriments et pauvres en calories. Au menu : des légumes (crus), des fruits, des oléagineux et si le besoin est, une petite source de protéine facile à digérer. Comme sur n’importe quel protocole de jeûne, vous allez sentir une énergie accrue et une capacité de concentration exceptionnelle. Le soir, on compense mais dans un certain ordre défini par Ori Hofmekler : on commence par les végétaux (salades, tomates etc … ) puis suivent les protéines et le gras : viande, légumineuses, fromage si toléré par l’organisme et pour les lipides comme d’habitude : huiles et oléagineux ! Finalement, si vous avez encore faim, finir le repas par les glucides (céréales, riz brun, patates douces, igname, potiron, etc … ). L’auteur conseille, une fois le protocole bien installé, d’alterner des jours faibles en glucides / riches en protéines et glucidiques / plus faible en protéines. Vous ne rêvez pas, il s’agit bien là de « carb cycling », soit cyclage des glucides déjà expliqué dans un précédent article.

« Sportivement » parlant ?

M. Hofmekler recommande de s’entraîner au moins trois fois par semaine, en alternant des sessions de cardio et d’autres basée sur la force et les charges ; tout en gardant les sessions courtes et intense. Vous aussi cela vous fait penser à quelque chose? Et oui, CrossFit ! En effet, la warrior diet semble très bien convenir aux crossfiteurs. Un shake protéiné est conseillé après l’entraînement, pour éviter le piège du catabolisme musculaire. De plus, pour les personnes vraiment très actives, (plusieur WODs par jour par exemple, ou alors en compétition), un premier « petit » repas à base de glucides est à envisager pour faire le plein d’énergie.

feeding cycle

En bref …

  • Sous-alimentation la journée (légumes & fruits crus, jus de fruits/légumes fait maison, oléagineux selon les niveaux d’énergie)
  • Entraînement à jeûn (possibilité de prendre des acides aminés 5-15 minutes avant la session)
  • Shake protéiné ou protéine naturelle maigre 30 minutes / 1 heure après l’entraînement
  • Gros repas de recupération le soir, pendant la période d’alimention de 4H (végétaux, protéines, lipides, glucides)

Voilà un protocole de jeûne encore plus simple à mettre en place et diablement efficace ! De par nature, nous, les hommes, aimons et sommes programmés pour « reprendre des forces », bien manger, le soir. De plus, cela ne pose donc aucun problèmes pour pouvoir passer un bon moment en famille lors d’un gros repas convivial avec plaisir et bien-être au menu. Prêt à passer en mode « warrior » ?

Sources :

Site officiel Warrior Diet 

 

19 Commentaires »

  1. sofia 11 novembre 2013 at 20 h 15 min - Reply

    bonjour,
    pour vous « les hommes » c’est visiblement ce qu’il convient….mais pour les « fitness girls »qu’en est il? avez vous des infos concernant les risques metaboliques ou hormonaux que ce régime engage?
    bien à vous.
    sofia

  2. dorian 27 novembre 2013 at 9 h 29 min - Reply

    bonjour, étant moi même un pratiquant de jeune intermittent sur la base de la warrior diet j’espère que ce paragraphe (discours) pourra vous apporter quelques réponses . Etant un passionné de la pratique sportive et de l’alimentation saine, cette passion m’a appris que dans la vie quand on veut ce faire une opinion sur un sujet, il ne faut pas tenir pour acquis ce que l’on n’a pas vécu, peut importe les opinions des autres sur le sujet avant de l’avoir vraiment expérimenté . J’ai compris cela assez tôt dans ma vie et je l’ai mis en place dans mon alimentation et ma pratique sportive (depuis environ 4 ans maintenant) pour engendrait ma propre expérience en confrontant mes certitudes et mes erreurs au fil du temps des séances et des repas . Je suis partie des 6 repas par jours (faim constante, énergie aléatoire, un crash insulinique en fin de journée avec des envies de sucré à en dévaliser les rayons de confiseries industrielles) pour aujourd’hui me retrouvé a consommé un unique repas chose que je n’aurai mais alors jamais pu envisager il y a de sa encore 2 ans . Le fait est que je suis tous simplement stupéfait des bénéfices physiques et mental que cette alimentation procure . La chose la plus dure a était de faire le pas et d’aller a l’encontre de ce que je pensait sur les besoins réels de mon corps par rapport au timing de la prise alimentaire car pour moi jeuner rimait avec catabolisme car le corps a besoin d’un apport de nourriture constant etc etc, chose absolument fausse !!!! Pour moi la lecture des articles sur Ori (comme leangains) m’ont vraiment donné une certitude a son sujet : cet homme expérimente ses certitudes et sa vision sur son propre corps avec réussite !! Ce n’est pas un simple narrateur qui conseille, c’est un pratiquant qui partage !!! Une fois décision prise je décide progressivement d’intégrer ces nouvelles notions dans mes journées et la stupéfaction ! Mon corps s’adapte naturellement à ce rythme comme si il avait toujours était en attente de celui ci, comme si je l’avait caché en moi depuis toujours ! Mon énergie journalière monte progressivement même avec mon travail manuel, les sensations d’estomac vide disparaisses, mes repas deviennent plus conséquents et plus espacés pour aujourd’hui pouvoir manger un repas gargantuesque et me retrouvé avec un ventre non gonflé quasiment aussi plat qu’avant mon repas, non ballonné, sans éructations et a la digestion indolore et inodore, bref LE VRAI RYTHME dont mon corps a besoin pour aujourd’hui pouvoir affirmer et être en mesure de valider cette alimentation comme base essentielle pour un état de santé optimal ! La réelle difficulté fut au final le regards et le jugements de l’entourage que ce soit personnel ou professionnel tous revendiquant ma folie de me détourner des conseils de nutrition prodigués par les docteurs ou autres documents télévisés sur la santé tous croyants avoir les notions de vérité en leur faveur . Sa à été dur de faire abstraction de cette négativité mais quand il ont vu les bienfaits visibles (physique entre autre) sur mon état corporel je leurs ai donné la meilleure réponse que je pouvais donné au delà de tous jugement de ma part, a savoir mon bien être et une hygiène de vie en béton armée capable aujourd’hui de surmonter tous les aprioris et toutes les croyances et de pouvoir profiter de mon plein potentiel sportif dans les meilleures conditions . Si besoin je peu donner ma programmation journalière en macronutriments les jours sportifs et les jours inactifs pour une idée de plan ou encore développer le coté alimentation avec grand plaisir si besoin ! Pour finir super site dont j’apprécie vraiment les notions de santé, sportivité mis en avant dans une recherche toujours plus vraie, ancestrale (paleo) ou l’on a beaucoup a apprendre encore !!!! Cordialement

    • boulaysarr 4 avril 2014 at 6 h 40 min - Reply

      bonjour j’aimerai votre programmation journalière en macronutriments les jours sportifs et les jours inactifs detaillé car je pratique le fating 8/16 depuis peu mais je pense que le votre a l’air plus interessant

  3. Tricepad 14 janvier 2014 at 9 h 57 min - Reply

    @dorian, merci pour ton commentaire très intéressant. Je serais intéressé par ta programmation journalière en macronutriments les jours sportifs et les jours inactifs..

    Merci pour ton retour

  4. sofia 17 janvier 2014 at 12 h 48 min - Reply

    Bonjour dorian…
    Et bien…peut etré dois je admettre que ce régime est physiologiquement adapté. Merci pour votre avis éclairé et votre éloquence.

    Bien à vous.

  5. dorian 25 janvier 2014 at 10 h 42 min - Reply

    Bonjour, je fais suite a la demande de tricepad pour donner un explicatif de ma démarche . Je consomme tous les jours des fibres provenant de légumes diverses riches en phytonutriments tels les verts feuillus foncés, les crucifères, les crudités (betteraves, carottes, choux fleur qui est meilleur cru, jeunes épinards …) pour la cuisson je choisie une cuisson vapeur qui est peu agressive pour conserver les nutriments pour ensuite les faires sautés dans l’huile de coco ou d’olive extra vierge accommodés de graisses végétales tels avocats, oléagineux, olives sous toutes leurs formes diverses et variées . Je consomme des viandes fermières, des œufs fermiers, des poissons sauvages blancs (merlan, cabillaud, aigle fin entre autre) et gras (sardine, maquereaux, saumon rarement de thon et jamais d’espadon élevés en mercure) . Les jours inactifs j’augmente les protéines (grasses), les graisses et les fibres et je vais chercher le glycogène uniquement dans les fruits (frais, séchés, congelés) le sucre de fleur de coco, la chair de noix de coco, le cacao (chocolat noir, fèves brutes, cacao maigre dégraissé), le lait végétal sans rajout de sucre (coco, amande, noisette …) et les glucides provenant des graisses comme la noix de coco et le cacao tel les graines (lin, chia, chanvre …) les beurres d’oléagineux et les oléagineux (pour info faire tremper les oléagineux une nuit permet d’enlever leur film protecteur de graine inactive ceci permettant une bien meilleure digestibilité et de pouvoir booster les valeurs nutritives de celles ci) Les jours actifs je réduis les graisses et un peu les protéines (plutôt maigres) et remplace les fruits par les féculents que j’augmente avec en tête la patate douce, le Sarrazin, l’amarante, les légumineuses, le quinoa et le riz . Pour finir pour préservé ma santé digestive et éviter la perméabilité intestinale qui est la clef de voute de mon organisme je ne consomme pas de lactose, pas de gluten, pas de soja qui est un anti nutriment (il perturbe l’assimilation des autres nutriments) et je consomme des aliments lacto-fermentés pour me fournir biotiques et pro biotiques . Voila bien a vous …

  6. Franck 20 octobre 2014 at 9 h 28 min - Reply

    Bonjour Dorian,
    Merci de faire partager ton expérience c’est très intéressant. Étant donné que l on peut lire la plupart du temps qu un pratiquant de la musculation doit consommer environ 2gr/kg de poids de corps pour progresser. Lors de ton repas unique du soir est ce que tu calcules une quantité minimale de protéine a manger ?

  7. dorian 1 novembre 2014 at 15 h 51 min - Reply

    Bonjour Franck, ce 2gr/kg est une fourchette assez haute qui a était démontrée surtout pour pousser à la consommation de produits protéiques en poudres par les industriels . Les recherches poussées a ce sujet ont révélé que le ratio optimal pour le maintient et la prise de masse musculaire se situe à 1,8gr/kg et qu’à 1,6gr/kg le corps dispose de suffisamment de protéines pour progresser et maintenir la masse musculaire ! Une chose importante qu’il faut souligner c’est que ce ratio n’est pas réservé qu’aux protéines animales ! les protéines végétales ont toutes aussi bien leurs places ! pense aux céréales (quinoa et amarante : 14gr protéines aux 100gr ou le Sarrazin : 13gr) aux beurres et graines oléagineuses (cajou, amandes : 20gr aux 100gr ou cacahuètes : 26gr) les légumineuses aussi (même si elles ont tendances a être inflammatoire pour la plupart des gens) tu verras qu’il n’y a pas besoin de ce supplémenter pour atteindre son ratio optimal (d’ailleurs je ne consomme plus que des bcaa péri training sans whey ni caséine de tout temps) ! Pour répondre a ta question quand je sélectionne ou suit intéressé par un aliment que je ne connais pas, je recherche automatiquement de quoi est composé cet aliment pour me faire une idée et le note comme pense bête . Ce petit travail en amont me permet de vite me le mettre en tête de sorte que je sais ce que je mange par rapport aux quantités et que cela s’automatise très vite pour n’avoir aucun calcul a faire à chaque préparation de repas et sa me facilite grandement la vie (je procède de même pour peser mes aliments, je pèse dans un récipient vois le niveau et sais qu’elle quantité je mange en me servant de ce même récipient tous les jours) 😉

  8. Franck 11 novembre 2014 at 13 h 26 min - Reply

    Salut Dorian.
    Merci pour ta réponse.
    Même en partant sur un ratio de protéine plus bas 1,8 ou 1,6gr/kg (personnellement je pars sur 1,8gr/kg de poids de corps par jour) ça fait quand même manger beaucoup de protéine sur 1 seul repas. Personnellement je ne pourrais pas manger chaque jour mes 135 gr de protéine sur un seul et même repas, et quand je dis protéine je parle des protéines végétales comme animales bien évidemment.
    En fait, je me demandais juste si tu faisais en sorte, dans ta diète avec ton repas unique, de manger autant de protéine qu’avec une diète classique (et dans ce cas je ne suis pas un assez gros mangeur pour suivre ta diète) ou si tu avais remarqué qu avec ce système tu avais besoin de moins de protéine.
    J avais pu lu lire sur la warrior diet que le corps synthétisait mieux les protéines et que les recommandations sur les besoins en protéine n étaient donc plus a prendre en compte avec ce type de régime.
    Personnellement j ai toujours pensé que nos besoins en protéine pour la musculation étaient surévalués je voulais avoir ton avis si tu avais pu tester sur le long terme une quantité inférieure au fameux 1,8gr/kg tout en continuant a progresser.
    Franck

  9. dorian 16 novembre 2014 at 6 h 11 min - Reply

    Tu sais Franck la diète de ori est pour moi la base à suivre pour une alimentation optimale tous les jours et non une diète typique à suivre sur un temps donné . Il explique bien les interactions de l’organisme vis à vis d’une alimentation faible jour et élevée le soir . Il m’a permis de connaître ce mode alimentaire mais il n’a rien inventé pour autant . Lui met en avant une alimentation visant la détox (fruits et légumes crus) jour et la compensation soirée mais rien ne t’empêche de consommer une plus grande quantité jour mais de manger le plus grand repas le soir . Tu peux sans problème manger 1/3 de tes apports journaliers sous forme de collations légères la journée ou un repas unique le midi ou plus tard après une phase de jeune matinal (légumes (fruits)/protéines maigres/graisses insaturées) et les 2/3 de tes apports au soir (protéines maigres à plus grasses/fruits (légumes)/glucides) . La vérité dans ce schéma alimentaire réside que les glucides au soir sont mieux utilisés et moins stockés et quand les retirant la journée ton corps profite d’une meilleure réponse hormonale tu te sens plus alerte, plus vif chose parfaite pour les activités sportives et professionnelles et en les consommant le soir tu te sens plus détendu, il en découle un meilleur sommeil, une meilleure récupération et ton corps dispose ainsi d’une meilleure résistance à l’insuline avec tous les bienfaits qui y sont associés . La synthèse protéique est notamment meilleure le soir (tu peux manger 40% jour et 60% soir ou 50/50) c’est vraiment comme sa que le corps perçoit et répond le mieux à l’alimentation que l’on soit sportif ou sédentaire et sa ori l’avait bien compris et l’a modelé a sa façon (warrior diet) tout comme l’américain Jason ferrugia (the renegade diet) ou greg o gallagher (kinobody system) ou michael matthews (muscle for life) pour ne citer que ceux que j’affectionne le plus . La balle est dans ton camps Franck met un essai moi depuis que je l’ai fait j’ai jamais regarder en arrière . Pour répondre a ta question non je tourne assez haut en protéine car j’aime ça (que du sauvage et fermier élevé par des gens qui aimes ce qu’ils font et la qualité et le gout de leurs produits en dit long) par contre j’ai testé le régime végétarien pour me faire mon propre opinion donc je tournée a 1,3-4gr/kg voir moins, en cardio aucun souci et d’ailleurs mieux qu’avec les protéines (cela ma sidéré comme j’ai vraiment aimé et pris plaisir à courir) par contre en cycle de force des progrès assez lent comparer a un cycle 1,6/1,8, donc progrès oui, mais plus lents avec une stagnation qui viendrai plus vite je pense . Voila

  10. vorace62 11 septembre 2015 at 8 h 55 min - Reply

    bonjour dorian

    j’espère trouver une réponse. Serait-il possible de se parler en privé? je suis vraiment intéressé par cette façon de s’améliorer mais j’ai besoin de réponse précise.

    merci

  11. Ewans 4 mai 2016 at 13 h 08 min - Reply

    Salut ,
    Cool tous sa c’est super bien expliqué sa donne vraiment envie . Je le suis depuis 3 jours et je commence a me sentir plus dynamique qu’avant. Je voudrais savoir si tu sais où l’on peut acheter son livre warrior diet en français . Sa serait cool merci .

  12. gillescuzin 8 mai 2016 at 7 h 04 min - Reply

    merci Dorian pour ton partage

  13. dorian 20 décembre 2016 at 12 h 26 min - Reply

    Bien le bonjour, petit retour de dorian pour partager mes informations et mon évolution sur l’alimentation . Plusieurs années deja après ma première publication et je dois avouer toujours, voir meme plus apprécier l’alimentation après avoir exploré la plupart des systèmes alimentaires (excepté le jeune, j’ai jamais expérimenté plus de 24heures) et pour pouvoir me prononcer sur l’impact impressionnant que cette alimentation a eu sur ma personne .

  14. dorian 20 décembre 2016 at 12 h 29 min - Reply

    Deja, pour faire cour je vais etre clair sur un sujet : je ne fais PAS de jeune intermittent ! Il y a une grande différence dans le fait de choisir de ne PAS consommer d’aliments du tout et dans le fait de consommer un apport calorique restreint d’aliments HAUTEMENTS NUTRITIFS sur un certain temps avant d’entamer la phase alimentaire . Les sensations énergétiques, la faim, l’humeur, l’entretient et la réparation de l’organisme etc, bref sa n’a rien à voir sur le déroulement et les sensations que l’on vivra tout au long de la journée et surtout sur le long terme .

    Le point crucial sur l’alimentation restrictive (idem au jeune mais la comparaison s’arrette la) se situe dans le fait de tourner sur les réserves de l’organisme emmagasinées . On ne tourne pas à vide ! JAMAIS ! On met à contribution ce que l’on a mis en réserve pendant la phase alimentaire ! Imaginez le corps comme une batterie de téléphone et la phase alimentaire comme sa recharge sur secteur . Une fois la batterie chargée, on peut en faire usage en tournant sur sa charge et une fois que la charge à diminuée, on la recharge . Plus la recharge est importante (plus gros sera l’apport alimentaire la veille dans notre phase de repos), plus on pourra se passer de nourriture pour un long moment le lendemain durant nos activités, car on mettra à contribution l’énergie emmagasinée (cela permettra notament le nettoyage de notre organisme entamé pendant la nuit et de ne pas solliciter constament nos organes si importants pour notre santé) . C’est aussi simple que ça et c’est beaucoup plus adapté à l’organisme de recharger nos besions caloriques après nos activités que de charger constament avant ces activités car on lui permet de s’auto réguler en limitant tous stress supplémentaire (ce qui laissera notamment plus de place pour combattre le stress rencontré tous les jours), car le corps n’a à ce concenter que sur les activités journalières, pas sur un lourd travail supplémentaire de digestion (l’apport restrictif pendant la journée ne créé pas de réelle digestion, il fournit des éléments indispensables à l’organisme, ce n’est pas un repas bien que les aliments que je conseille fortement comme les fruits, les oléagineux, les légumes, meme sous forme de repas, induisent un stress digestif moindre et n’entraves pas l’énergie, c’est LA nourriture a primer et à moduler en fonction des besions de chacun notamment quand les activités sont intenses et vides plus rapidement nos réserves, l’apport journalier d’un actif qui bouge constament ne sera pas le meme qu’une personne assise à un bureau ou dans un véhicule) . La phase alimentaire vas emmener un travail digestif au moment ou le corps n’a plus à ce concentrer sur des activités intenses (le soir, avant le repos de l’organisme, à savoir le sommeil) . Il en résulte clairement beaucoup moins de stress en général et un meilleur travail digestif puisque le corps rentre dans une phase de repos . Il peut tous simplement ce concentrer sur la digestion d’une grande quantité de nourriture qu’il stockera durant la nuit pour une utilisation ultérieure (à savoir le lendemain) .

  15. dorian 20 décembre 2016 at 12 h 30 min - Reply

    A l’inverse quand on prend l’alimentation conventionnelle (repas tout au long de la journée) on charge l’organisme en nourriture qui vas engendrer un gros travail digestif avant les activitées journalières qui vont demander plus d’éfforts à l’organisme car il doit jouer entre digestion et activités (physiques, mentales … sans parler du travail continu des reins, du pancréas, du foie, de l’estomac entre autre) ce qui engeandre d’énormes fluctuations de notre énergie, de notre humeur tout en nous rendant beaucoups plus vulnérable au stress environnant (les organes de nettoyage et d’assimilation étants constamments sollicités, jour après jour, années après années, notre organisme se fatigue petit à petit, des maladies apparaissent du fait de l’épuisement et de la surcharge du travail continu) . De plus, on tourne constament sur un apport énergétique exogène, du coup on ne solicite pas nos propres réserves énergétiques qui se remplissent au fur et à mesure, jour après jour, années après années, ce qui engeandre une accumulation au moindres repas qui vas au dela de notre besion calorique (un excédant calorique non utilisé par l’organisme sera stocké sous forme de gras avant tout autour de la zone abdominale . Plus le gras sera présent, plus la sangle abdominale sera détendue, ce qui aura pour conséquence de déloger les organes de leurs emplacements initiaux et d’augmenter les tensions sur les régions dorsales qui aura pour conséquence une modification de notre posture et une augmentation graduelle des tensions et douleurs perçues . Vous pourrez prendre tous les compléments, crèmes, médicaments que vous voudrez, voir tous les spécialistes et osthéopates que vous voudrez, faire tous les régimes que vous voudrez, ils ne feront que masquer et soulager temporairement un corps meurtri par une hygiène de vie tous simplement pas adaptée à votre organisme) .

  16. dorian 20 décembre 2016 at 14 h 24 min - Reply

    C’est exactement ce que j’ai vécu pendant mon adolescence ou j’étais un surpoids (masse grasse 30/40%) avec des douleurs récurrentes dans le dos, les genoux, les coudes . J’eut été diagnostiqué pré diabétique avec des intolérances alimentaires aux laitages, céréales, œufs, fruits de mer et j’en passe (dysbiose intestinale, candidose systémique) . J’étais boulimique dans mes heures perdues (je ne m’assumai pas et me noyai dans la nourriture malsaine), gros consommateur d’alcool, de cigarette, d’herbes et autres drogues festives pour pouvoir m’évader quand je sortais (manque d’assurance et de caractère) tous ça malgré une très bonne éducation comme quoi, sa fais pas tous . Bref mon point de départ . Au fond de moi j’avais l’envie mais je n’arrivai pas à m’extirper de ce fonctionnement car ma mauvaise hygiène de vie m’étouffai et m’empêchai de progresser et d’avoir l’énergie nécessaire pour évoluer et je peu vous garantir que le système d’alimentation conventionnel y est pour énormément puisque quelques années après je fais du 7/10% de masse grasse toute l’année sans peser ni compter mes aliments, j’ai une vie honnête, libérée, pleine d’énergie ou j’apprend de mes erreurs et je ne me les caches pas pour preuve d’acceptation de mon passé et je le dois à mon changement d’alimentation, sans aucun traitements, sans aucun médecins, sans produits détox et autres conneries, juste en étant en accords et à l’écoute de mon corps . Je n’ éprouve plus aucune douleur, ma sangle abdominale s’est redressée pour laisser apparaître des abdominaux saillants (plus d’énergie = plus de dépenses = plus de sport = plus de bein etre), ma posture est droite, mes intestins libérés . Dans mes phases alimentaires restrictives je ne mange que du végétal cru et du végétal fermenté maison que je module au grès des saisons . Dans mes phases alimentaires caloriques je mange des céréales avec gluten, des produits laitiers (beurres et fromages), des produits fermiers carnés et du végétal biologique (0,0009% industrie lol meme bio, j’ai appris à tous faire moi même avec les produits bruts : pates, pains, quiches, tartes, pizza, mijotées, c’est ça la liberté, dépendre de soit au maxium, je cultive un jardin aussi), je bois de la bière, du vin, du rhum . Je mange dehors entre amis, famille, soirée et ne me prive de rien lors de gros repas (souvent dans les 4000kcal non c’est pas une blague) par contre le lendemain, faudra évacuer cette alimentation industrielle (gaz, ballonements, meme l’odeur corporelle devient plus forte) . Mais bon en passant, le plaisir de partager l’emporte . Je ne cour pas derrière ces soirées ou n’attend pas sa comme le méssi . C’est juste important de savoir se mettre de coté et de ce sacrifier le temps d’une soirée . Alors la diète guérrière ? Convaincu ?

  17. Mia 18 janvier 2017 at 1 h 21 min - Reply

    Bonjour Dorian,

    Peux-tu décrire une journée typique du réveil au couché ? (Ce que tu bois le matin, ce que tu manges, les quantités, tes activités sportives)

  18. dorian 18 juin 2017 at 9 h 30 min - Reply

    bonjour Mia, journée type du moment :

    9h : fruits d’été . (200kcal).
    : verre jus de légumes frais (électrolytes) .
    12/13h : crudités, légumineuses, graines, avocats, huile olive, jus de lime ou pamplemousse (algue dulse 2 fois/semaine) . (400kcal) .
    17/19h : fruits d’été . (200kcal) .
    : verre jus de légumes frais (électrolytes) .
    20h30/23h30 : céréales complètes, légumineuses, légumes crudités et grillés, beurres d’oléagineux, miel de la garrigue au dessus de chez moi (producteur), confitures maison au sucre de coco, légumes lacto fermentés au sel de l’Himalaya (électrolytes), bière artisanale ou mojito frais maison . (1500/2500kcal) .

    Comme tu peux le voir je ne mange pas d’animal en ce moment (plus le temps passe et moins j’en mange) . Je suis dans l’endurance et la résistance et cela m’aide grandement dans mes performances physiques et mentales (donc j’ai arrêté pour l’instant) . Je mouline au spining 45mns le matin avant le travail . Je vais courir 45mns en fin d’après midi avant 15mns de natation et 15 autres minutes d’apnée, pour finir par 45mns de spinning, trois à quatre fois par semaine . J’augmente l’intensité petit à petit et fais des sorties le weekend pour jauger de mes progrès (randonnée plus ou moins appuyée, plongée en apnée à la mer) . Je mange au moins 1gr/kg de protéines végétales tous les jours sans même m’en rendre compte et appart les bras que j’ai clairement plus fins qu’avec la force et le volume, mes pectoraux et mon dos ont gardé du volume par contre les jambes ont pris un volume impressionnant a tel point que je ne rentre plus dans pas mal de jean . Ah oui au fait : Je prends un pied monumental dans mes pratiques sportives 😉

Commentaires »