Trevor James – Une Ascension Fulgurante

1 juin 2012 2
Trevor James – Une Ascension Fulgurante

Traduction d’un article du Crossfit Journal en date de février 2012, relatant la fulgurante ascension d’un jeune sur-motivé, décidé à tout prix à réaliser son rêve d’atteindre les Crossfit Games.

 

Après avoir été parmi les plus jeunes compétiteurs individuels au niveau régional des CrossFit Games de 2011, Trevor James, 19 ans, veut faire du CrossFit sa vie et sa carrière. Andréa Maria Cecil raconte.

Mais il a failli ne pas y arriver.

Après avoir découvert le CrossFit au lycée, James vint à CrossFit Shrewbury en été 2010. Là, il offrit de « faire tout ce que dont vous avez besoin » parce qu’il ne pouvait payer son adhésion au club. Tandis que les Open approchaient, il déplorait le fait qu’il ne pourrait y participer.

« Je lui ai demandé ‘ Qu’est-ce qui t’en empêche ? ‘ » se rappelle Stefanie Hicks, co-propriétaire de la filliale dans le New Jersey, à peu près 50 miles au sud de New York et plus ou moins un mile de l’océan Atlantique.

« Quand il a commencé à se jauger, en s’entraînant, il a finalement compris qu’il pourrait le faire » dit-elle. « Je ne crois pas qu’il imaginait pouvoir finir dans le top 60 dès sa première année, et voilà qu’il était 60ème ».

Engoué par Le CrossFit

L’été précédant la Junior Year de James au lycée de Rumson-Fair Haven, un ami l’initia au CrossFit. Cet ami possédait un set d’anneaux de gymnastique Rogue, et tout deux ont été au parc local, où il y avait une barre de tractions et une piste d’un mile.

Son premier entraînement : un Cindy raccourci combiné à un demi Murph. « Ça m’a crevé comme rien d’autre avant » dit James. « Je n’en avais jamais assez ».

Son excitation l’a mené a retrouver une corde à sauter chez lui pour s’entraîner aux double-unders, ainsi qu’ à se programmer un wod 21-15-9 composé de tractions, de dips aux anneaux et de pompes.

« Je n’ai pas pu bouger mes bras pendant, genre, trois jours » dit-il. Et il ajouta : « j’y ai vraiment pris goût ».

Durant les mois précédants son départ à l’université, James visita CrossFit Shrewsbury pour la première fois. Il s’entrainat quelques fois, puis signa pour une adhésion au Globo Gym du coin.

« J’ai dit à Stef que je n’avais pas d’argent, mais j’aime le Crossfit, je m’occuperai des corvées, n’importe quoi ».

Et James devint le coach stagiaire de la box.

« Il était là tous les jours » dit Hicks. « On s’entraînait à divers trucs ensemble, et il est vraiment devenu le pilier du club ».

Non seulement James s’entraînait dans un vrai club de CrossFit, mais en plus il s’entraînait avec une légende de l’haltérophilie : Karyn Marshall. Marshall, qui participa aux Games de cette année dans la catégorie Masters, est la première femme à prendre plus de 136kg pour un clean & jerk, et a été introduite dans le Hall Of Fame USAW à l’Arnold Sports Festival de l’année dernière, à Columbus, en Ohio.

Marshall décrivit James comme étant un « grand athlète ».

« Il a le coeur, il a la passion, il a la technique. Et il a l’éthique de travail nécessaire. Toutes ces bases nécessaires – il n’y a pas moyen d’apprendre ça à quelqu’un… ça vient de l’intérieur » dit-elle.

Un cadeau d’anniversaire

La nuit précédant les Northeast Regional, James reçut son t-shirt avec ‘Competitor’ imprimé dans le dos.

« Je vivais presque un rêve » dit-il. « Les athlètes étaient tous sympas les uns avec les autres. Ce n’était pas comme le sport au lycée, où les gens sont si méchants avec vous ».

Il était là, côtoyant des Crossfiters d’élite qu’il respectait : Dave Lipson, Austin Malleolo, Rob Orlando.

« Le fait d’être près d’eux, de figurer dans la même liste de noms qu’eux, c’était l’expérience la plus surréelle que j’ai jamais vécue » dit James.

Il finit la compétition quatorze places derrière Malleolo, l’homme qui établit le record mondial pour le wod deadlift / box jump des Regional.

« Mon but était de ne pas finir dernier » dit-il à propos de sa stratégie pre-Regional. « J’ai juste suivi mon plan. J’allais donner tout ce que j’avais à chaque pas que j’allais faire, à chaque mouvement. Et quoi qu’il arrive, ainsi soit-il ».

Malgré ça, James était furieux de ne pas s’être qualifié pour le dernier jour de compétition.

Il finit quinzième sur 42 hommes.

« Cela m’a donné un objectif » dit James début novembre 2011.

Rétrospectivement dit-il, les Regional étaient son cadeau d’anniversaire.

La vie est le Crossfit, et le CrossFit est la vie

A l’université de Vermont, à Burlington, James s’est immergé dans tout ce qui est CrossFit.

Après son premier semestre, il a changé de major, passant d’Environmental Science à Exercise And Movement Science.

« Je venais de réaliser que j’étais trop impliqué dans le CrossFit pour faire quoi que ce soit si éloigné du CrossFit et du fitness » explique-t-il. « Toutes les positions anamotiques me venaient très facilement ».

Ce qui aide également pour son job : être coach à Champlain Valley CrossFit.

La filliale ouvrit deux semaines après que James soit entré à l’université. Il participa au séminaire de niveau 1 en octobre, et donne maintenant trois cours par semaine dans cette box.

« C’est plutôt cool d’avoir le même boulot ici que celui que j’ai chez moi ».

Début octobre, James entra en compétition au Beast Of The East à Durham dans le Connecticut, où il réussit un clean & jerk de 136kg, un record personnel de 7 kilos, après avoir courru 5 kilomètres le même matin.

Deux semaines après, il participa aux Northeast Event Series of the Garage Games ( connu comme étant le terrain de jeu de l’équipe New England ) en tant que membre de l’équipe de Champlain Valley à CrossFit Milford. Après le dernier event, l’équipe de sa box était à égalité avec l’équipe de Crossfit New England, qui comptait Mel Ockerby et James Hobart parmi ses membres, tous deux ayant fait partie de l’équipe ayant gagné la Games Affiliate Cup. Pour le tie-break, chaque équipe choisit une personne pour un dernier workout : Fran. Au final, James était au coude à coude avec « un de mes modèles ». Hobart battit James de 28 secondes.

« Jusqu’à présent, c’est le deuxième plus beau jour de ma vie » dit James.

À la mi-novembre, James fini second des Garage Games à CrossFit Southie.

Et donc, alors que certains de ses potes sont en sortie, James passe plus d’un week-end à des compétitions de CrossFit, et effectue des choix qui lui permettront d’améliorer ses performances pour le CrossFit, dit Hicks.

« Ses amis lui mènent la vie dure, parce que le CrossFit c’est sa vie. Il subit pas mal de pression sociale » dit-elle.

« Vous ne devineriez jamais qu’il n’a que 19 ans. Il est très confiant. Il est très motivant. J’ai même appris de lui ».

« Si ça pouvait devenir mon boulot, je ne voudrais rien de plus ».

À court terme, James se concentre sur les Games de 2012.

Et en dépit de son jeune âge, Hicks dit qu’il ne se laissera pas distraire.

« Je ne crois pas que Trevor pensera à quoi que ce soit d’autre que le CrossFit avant d’avoir atteint ses objectifs. Il aime les challenges. Et pour l’instant c’est son objectif » dit-elle. « Il est très simple, il ne fait pas montre de ses capacités. Trevor est le genre de mec qui peut rentrer dans une salle vide, et donner tout ce qu’il a. Il n’a pas besoin de quelqu’un qui le regarde, pour se montrer, pour dire ‘regarde ce que je sais faire' ».

Et Hicks continue « tout comme Lipson, Malleolo, Orlando et Chris Spealler, un jour les CrossFiters connaîtront aussi le nom de James ».

« Je le vois être un des meilleurs compétiteurs, il n’y a aucun doute » dit-elle. « Je sais qu’il va continuer à aller de l’avant jusqu’à ce qu’il arrive au niveau désiré ».

Et James dit que son résultat aux Northeast Regional n’était pas ce qu’il voulait.

« Si j’étais satisfait de ma 15ème place, je ne serais plus aussi motivé. Mon but est d’aller aux CrossFit Games. C’est mon objectif. C’est ce que je veux faire. » dit-il. « C’est ce que j’ai en tête en permanence : qu’est-ce qui va m’amener là-bas ? ».

Source: http://library.crossfit.com/free/pdf/CFJ_James_Cecil_Never.pdf

Traducteur: Dhaze

2 Commentaires »

  1. Damien 5 avril 2013 at 21 h 05 min - Reply

    intern coah = coach stagiaire (pas « interne »)

    • Benjamin 7 avril 2013 at 15 h 53 min - Reply

      Merci, je viens de modifier 😉

Commentaires »