Don’t use machines, become one

Benjamin 18 avril 2012 2
Don’t use machines, become one

Merci à Elsabre (Philippe Marbot) pour la diffusion de son article sur notre site:

 » Don’t use machines, become one « .

Derrière cette expression, bien connue des pratiquants de Crossfit, que l’on peut traduire par « n’utilisez pas de machine, devenez en une », se cache en fait une philosophie de l’entrainement qui, bien que trouvant son origine dans la Grèce antique, réponds à des besoins on ne peut plus contemporains.

Afin de bien comprendre ce qui se cache derrière cette phrase  il est nécessaire de faire un petit rappel historique car, comme l’écrivait l’historien Fernand Braudel, « Il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va « .

La recherche de la polyvalence dans le domaine sportif n’est pas une préoccupation nouvelle, dès les premiers jeux antiques, dont la première édition remonterait à 776 av. J.-C., les athlètes s’affrontaient sur l’épreuve du pentathlon, lors de laquelle se succédait lancer du disque, lancer du javelot, saut en longueur, course à pied et lutte.

Il y a un lien direct entre les compétences requises à la guerre et celles mesurées lors de ces épreuves, ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les Spartiates dominent lors des jeux (le premier champion spartiate connu remonte à la XVe olympiade (720 av. J.-C.) et sur 81 champions connus de cette date à 576 av. J.-C., 46 sont des Spartiates).

On retrouve plus tard cette même origine guerrière, et cette même recherche de polyvalence, dans la Méthode naturelle de Georges Hébert (il était officier de marine), il définira 10 activités constituant la base de sa méthode d’entrainement (la marche, la course, le saut, le grimper, le lever, la quadrupédie, le lancer, l’équilibre, la défense et la natation), et il définira le sport comme étant  » tout genre d’exercice ou d’activité physique ayant pour but la réalisation d’une performance et dont l’exécution repose essentiellement sur l’idée de lutte contre un élément défini, une distance, un danger, un animal, un adversaire… « .

Il est a noté que dans les forces armées l’entrainement sportif a très peu évolué dans le temps: la marche, souvent lourdement chargée, la course à pied, la course d’obstacle (sous forme de parcours du combattant) et l’entrainement au combat au corps à corps (CAC) ont toujours constitués le socle de la formation sportive militaire.

Cette relation entre le sport et la guerre à longtemps été une préoccupation politique majeure, ainsi lorsque la condition physique des occidentaux à commencée à se détériorer, dans la deuxième moitié du 20eme siècle, certains Etats n’hésiterons pas à faire de cette problématique une question de sécurité nationale, ce qui donnera lieu, par exemple aux Etat-Unis, à une multitude de plans nationaux ayant pour but que les enfants américains ne deviennent pas moins en forme que leurs homologues russes.

La professionnalisation des forces armées a progressivement éloignée la majorité des citoyens de ces considérations belliqueuses, ceci a conduit à une évolution des activités de remise en forme: de nécessité vitale celle-ci ont basculées vers une activité de loisir optionnelle, et, pour une bonne partie des pratiquants, la « forme » n’a plus été perçu comme un moyen mais comme une fin en soi, les considérations d’ordres esthétiques prenant le pas sur l’amélioration des capacités physiques.

La mécanisation, qui a progressivement rendu le travail de moins en moins exigeant physiquement, la sédentarisation croissante, la piètre qualité des campagnes de sensibilisation publique, sont autant de facteurs qui ont favorisés le développement de l’utilisation de machine dans les salles de fitness. La remise en forme étant perçue par beaucoup comme une corvée, les machines était censées simplifier l’exercice et donc devaient motiver les plus réfractaires. Malheureusement celles-ci ont eu au contraire un effet délétère, la plupart des machines disponibles dans les salles de remise en forme grand public sont peu efficaces pour améliorer la condition physique et elles sont loin d’être efficientes pour développer des capacités permettant d’accomplir des tâches fonctionnelles.

Les salles de fitness traditionnelles encouragent les personnes sédentaires à rester à l’intérieur, elles les privent d’air frais et de soleil. Elles n’enseignent que trop rarement à leurs clients comment utiliser leur corps de manière efficace, de plus les machines ont tendance à imiter les activités modernes (ou plutôt l’absence d’activité) en encourageant les gens à s’entraîner tout en étant assis.

Devant ce constat affligeant, certains ont commencés à se tourner vers des méthodes de remise en forme, ou vers des accessoires, tombées en désuétudes, mais ayant la caractéristique de faire travailler le corps dans sa globalité, ou par grande chaîne musculaire. Des méthodes et accessoires centrés sur le mouvement et non plus seulement sur le muscle pour le muscle. Les kettlebells, les sacs bulgares, les sangles (TRX) reviennent sur le devant de la scène, le Crossfit de Glassman, le CTS de Christophe Carrio, l’ICT de Christophe Pourcelot, le Movnat d’Erwann Le Corre, sont autant de méthodes qui s’inscrivent dans cette logique.

Ce retour aux sources de l’exercice physique à d’abord principalement séduit les combattant de MMA (Mixed Martial Arts), attirance logique puisque nous avons vu précédemment que « sport » et « guerre » sont intimement liés, ce mouvement, salutaire à tout point de vue, commence enfin à séduire le grand public, les salles de préparations physiques, les box de Crossfit, les stages de préparateurs physiques experimentés et autres Bootcamps rencontrant un succès de plus en plus grand.

A vous maintenant de franchir le pas:  » Don’t use machines, become one « .

Auteur: Philippe Marbot

2 Commentaires »

  1. Sebastien 28 janvier 2014 at 9 h 01 min - Reply

    Bel article, partagez sur la page facebook de mon blog .

    Toujours des articles intéressant venant d’Elsabre.

    • Sebastien 28 janvier 2014 at 9 h 02 min - Reply

      Bel article, partagé sur la page facebook de mon blog .

      Toujours des articles intéressant venant d’Elsabre.

Commentaires »